RESEAU MULTI ACTEURS OUEST AFRICAIN DE PROTECTION SOCIALE

PROMOUVOIR LA PROTECTION SOCIALE ET LA RENDRE ACCESSIBLE A TOUTES ET A TOUS

ENTRE DYNAMISME ET SERVITUDE : L’ÉCONOMIE INFORMELLE EN AFRIQUE

Posted by reseauouestafrique-protectionsociale on août 24th, 2016

A travers l’Afrique, l’économie informelle définit le paysage urbain. S’il est vrai que l’Asie affiche le plus grand nombre total de travailleurs informels, que les Amériques recèlent les plus grands écarts, que le Moyen Orient et l’Afrique du Nord se trouvent confrontés aux plus grands défis en termes de gouvernance et de sécurité et que l’Europe est en proie à l’expansion de la soi-disant « économie de l’ombre », il suffit de se rendre dans n’importe quelle grande ville d’Afrique subsaharienne – avec leur lot de colporteurs, de petites entreprises familiales, de conducteurs de mototaxis ou boda-boda, de travailleurs domestiques, de marchands forains etc. – pour voir l’économie informelle occuper le devant de la scène.

photo-zem-vf.jpg

D’une manière générale, la notion de travail informel fait référence au travail effectué en dehors du cadre normal des impôts, de la protection sociale et des droits des travailleurs. La proportion de l’emploi informel dans les secteurs non-agricoles est estimée à 65% en Asie, 51% en Amérique latine et 48% en Afrique du Nord. Cependant, en Afrique subsaharienne, ce chiffre s’élève à 72%. Conjugué aux taux les plus élevés d’emploi vulnérable au niveau mondial, il n’est guère difficile de se rendre compte de l’ampleur du problème.

Il est vrai que certains travailleurs informels en Afrique ont un niveau de vie adéquat et que certaines parties de l’économie informelle incluent des petits entrepreneurs dynamiques avec des idées et des réseaux leur permettant de croître. Quoi qu’il en soit, la plupart des travailleurs informels sont pris dans un cercle vicieux de pauvreté et de dur labeur. Ils peinent à accéder au crédit et sont privés d’espaces de travail propres et sécurisés ; ils n’ont pas de sécurité de revenu, ont peu d’opportunités de formation ou d’éducation, font l’objet de harcèlements de la part des autorités et n’ont pas de droits en tant que travailleurs. Et c’est précisément là que réside tout le potentiel de la Recommandation 204 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la formalisation de l’économie informelle ; celle-ci fournit aux gouvernements, groupes régionaux, syndicats, organisations d’employeurs et à la société civile une boîte à outils indispensable pour remédier à toutes ces problématiques, entre autres. (…)

TAMARA GAUSI (extrait du Rapport spécial Économie informelle RECOMMANDATION 204 : ÉRADICATION  DU TRAVAIL INFORMEL)

 

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 36 articles | blog Gratuit | Abus?