Recherche

RESEAU ZONAL

MANIFESTE MONDIAL POUR LA PROTECTION SOCIALE : QUATRE PRINCIPALES REVENDICATIONS DE LA CAMPAGNE DE PLAIDOYER DES MOUVEMENTS SOCIAUX BELGES ET LEURS PARTENAIRES

février 9th, 2017 by reseauouestafrique-protectionsociale

 MANIFESTE MONDIAL POUR LA PROTECTION SOCIALE : QUATRE PRINCIPALES REVENDICATIONS DE LA CAMPAGNE DE PLAIDOYER DES MOUVEMENTS SOCIAUX BELGES ET LEURS PARTENAIRES

calendrier.jpg  calendrier-pdf.pdf

Posted in RESEAU DE LA GUINEE, RESEAU DU TOGO, RESEAU DU MALI, RESEAU DU BURKINA F., RESEAU DU BENIN, RESEAU DU SENEGAL, RESEAU ZONAL | Réagir »

PLAIDOYER POUR LA PROMOTION DU DROIT A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS DES MINES EN AFRIQUE DE L’OUEST

février 9th, 2017 by reseauouestafrique-protectionsociale

affiche-finish1.jpg  affiche-finish2.jpg  affiche-finish4.jpg

Posted in RESEAU DU BURKINA F., RESEAU ZONAL | Réagir »

JOURNEES NATIONALES DES MUTUELLES AU SENEGAL / LA DECLARATION DE NIORO SOUTIENT LA MISE EN ŒUVRE DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

janvier 11th, 2017 by reseauouestafrique-protectionsociale

reseau-multi-ac-sen.jpg

« Parachever la mise en application de la Règlementation de l’UEMOA relative aux mutuelles sociales par la mise en place de l’organe de la mutualité, le registre d’immatriculation et le fonds national de garantie des mutuelles sociales ; voter une loi relative à la Couverture maladie universelle et ses textes d’application pour traduire en politique, le programme de couverture maladie universelle … », sont entre autres les invitations adressées au gouvernement sénégalais par le Réseau multi acteurs de protection sociale à l’occasion des Journées nationales de la mutualité célébrées les 27 ; 28 et 29 décembre 2016 à Nioro. Cette activité, organisée conjointement avec l’Union Nationale des Mutuelles de Santé Communautaire du Sénégal (UNAMUSC) a servi de cadre au Réseau multi-acteurs présenter et de remettre la déclaration dite « Déclaration de Nioro » au Secrétaire Général du Ministère de la Santé représentant son ministre.

Le Réseau multi acteurs est un regroupant de mouvement mutualistes, syndicaux, socio-educatifs, des systèmes financiers décentralisés et d’ONGs avec le soutien de l’ONG Belge, Solidarité Mondiale (WSM) et qui œuvre pour la promotion de la protection sociale au Sénégal.

161229-declaration-nioro-senegal-enregistre-automatiquement.pdf

Posted in RESEAU DU SENEGAL, RESEAU ZONAL | Réagir »

HALTE ! LES MEMBRES DU RESEAU PARLENT SYNERGIE

octobre 31st, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

En marge de la formation sur la loi relative au Régime d’Assurance Maladie Universelle (AMU) du 25 au 27 juillet 2016 dans la salle de réunion de la CNTB à Ouagadougou, les membres du réseau multi acteurs de protection sociale au Burkina Faso (RAMS/BF, CNTB, MUFEDE, CSB, AZND, CEAS, ACT, UNPCB) ont eu droit à une communication introductive sur la synergie entre les organisations membres.

synergie.jpg

En rappel, certains membres du réseau (MUFEDE, CNTB et RAMS/BF), partenaires de Solidarité Mondiale travaillent en synergie depuis 2001 pour rendre disponible les services aux membres à la base. C’est ainsi que le RAMS/BF à travers la promotion des mutuelles de santé, facilite l’accès aux soins de santé à la population, la MUFEDE fait la promotion de l’épargne et du crédit afin d’accroître la capacité contributive des membres et la CNTB s’emploie à l’organisation des groupes et la défense des droits des travailleurs.

Après la création du réseau en 2014 dont le RAMS assure le lead, WSM a fait une évaluation à mi-parcours en fin d’année 2015 et cela a fait ressortir la nécessité de renforcer les liens entre les membres du réseau et travailler davantage en synergie.

C’est pour répondre à cette préoccupation que les membres du réseau ont planifié dans le plan d’action 2016 cette communication sur l’introduction à la synergie avec pour objectif de :

-          définir la synergie ;

-          d’expliquer pourquoi et comment faire la Synergie? ;

-          d’identifier quelques conditions de base

-          et des stratégies pour la réussite de la synergie ;

La communication qui a été animée par Aisha SOULAMA/BELEM, Chargée de la Formation et du Suivi Evaluation, a permis de donner du contenu aux 3 premiers points et les participants ont identifié les conditions de base et stratégies à travers des travaux de groupe.

Cette introduction a permis aux participants de mieux comprendre la synergie et ce qu’il est possible de faire entre les organisations pour répondre aux besoins des membres à la base.

C’est ainsi que des recommandations ont été faites pour :

-          approfondir le sujet en organisant une autre rencontre sur la question ;

-          impliquer et former les premiers responsables (politique et technique) sur la question;

-          mettre en place un comité de réflexion sur la synergie ce qui va aboutir à l’identification des activités à mener ;

-          formaliser le partenariat entre les membres.

Posted in RESEAU DU BURKINA F. | Réagir »

LES MEMBRES DU RESEAU MULTI ACTEURS DU FASO A L’ECOLE DE LA LOI PORTANT REGIME D’ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE

octobre 31st, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

Le Réseau national multi acteurs de protection sociale (RNMAPS) a organisé du 25 au 27 juillet 2016, une formation à l’intention de ses membres sur la loi portant Régime d’assurance maladie universelle au Burkina Faso. Cette formation organisée avec l’appui de l’ONG Belge Solidarité Mondiale, vise à outiller les acteurs de la société civile sur les textes régissant l’AMU pour mieux se positionner dans ce processus en construction.

Durant 3 jours, la loi votée le 5 Septembre 2015 par le Conseil national de transition (CNT) a été explorée par les représentants des différentes organisations membres du RNMAPS. Ce document de 5 titres, 19 chapitres et 83 articles a fait l’objet de communication, d’explication pour permettre à tous les participants de se l’approprier afin de pouvoir de sensibiliser à leur tour leurs membres sur son contenu.

photo-famille-formation-sur-la-loi-ramu-de-juillet-2016.jpg
C’était également l’occasion pour ces acteurs sociaux de comprendre les implications de cette loi sur la participation des mouvements sociaux en particulier les mutuelles de santé à la gestion de l’AMU, d’avoir  une meilleure connaissance des modalités de financement de l’AMU envisagées au Burkina Faso et du processus de mise en application de cette loi.

Malgré l’adoption de cette loi sur le RAMU, plusieurs défis qui restent encore à relever ont été identifiés au cours des travaux. Il s’agit entre autres de l’adoption des textes d’application de la loi, de la création des organes de gestion du RAMU, de son opérationnalisation et de la mise en place des instruments prévus dans le cadre de la réglementation UEMOA sur les mutuelles sociales (organe administratif de la mutualité sociale, le registre d’immatriculation, le fonds national de garantie des mutuelles sociales).

D’autres points tels que l’articulation et l’intégration des programmes de gratuité, avec les mutuelles de santé, le RAMU et les autres systèmes de sécurité sociale ; l’adoption du plan stratégique de développement des mutuelles sociales  et l’appropriation de leurs textes règlementaires par les acteurs ainsi que l’extension des mutuelles dans toutes les communes du Burkina ; la mobilisation des ressources financières pour assurer le fonctionnement et la pérennité de l’AMU et l’amélioration de la qualité de l’offre de soins sur toute l’étendue du territoire nationale, ont été évoqués.

En rappel, le RNMAPS est né en Avril 2014 de la volonté des organisations de la société civile actives dans le domaine de la protection sociale et de l’appui de Solidarité Mondiale avec pour objectif de mener des actions politiques pour leur participation dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de protection sociale.

Pour préparer les différents plaidoyers, le RNMAP a réuni 20 participants de 7 organisations que sont :

-       RAMS/BF : Réseau d’Appui aux Mutuelles de Santé au Burkina Faso

-       CNTB : Confédération Nationale des Travailleurs du Burkina Faso ;

-       MUFEDE : Mutualités Femmes et Développement

-       AZN/D : Association Zood Nooma pour le Développement

-       CEAS :

-       ACT : Action Catholique des Travailleurs

-       CSB : Confédération Syndicale Burkinabé

-       UNPCB : Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina.

Document de Aisha Aissata SOULAMA/BELEM

Posted in RESEAU DU BURKINA F. | Réagir »

PPSOGUI ET MUTUELLES DE SANTE EN GUINEE / HARMONISATION DES NORMES ET INDICATEURS DE SUIVI DES MUTUELLES

septembre 20th, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

Dans le cadre du renforcement des capacités techniques de ses membres pour la gestion courante des mutuelles de santé, le réseau PPSOGUI a organisé durant le mois d’août 2016, un atelier d’harmonisation des normes et indicateurs de suivi des mutuelles.

L’atelier s’est tenu à Conakry et a réuni des délégués membres opérateurs techniques et des membres mutualistes dans la salle de formation de l’ONG Fraternité Médicale Guinée (FMG).

photo.jpg

Pour bien mener cette activité, quelques membres du réseau ayant observé relevé au préalable une diversité des outils de gestion des mutuelles d’un opérateur technique à l’autre, se sont rencontrés lors d’un atelier restreint pour se concerter et formuler des propositions. Une équipe restreinte de techniciens a été chargée de faire l’état des lieux de l’existant et proposer un répertoire d’indicateurs de suivi qui prend en compte ceux utilisés par les partenaires de PPSOGUI dans la Sous-Région.

Au terme du travail confié à la commission d’harmonisation des normes et indicateurs, les recommandations suivantes ont été faites :

-          l’organisation d’un atelier de partage et de validation des indicateurs retenus avec les autorités ;

-          l’élaboration par la commission d’un manuel de gestion de mutuelles ;

-          l’organisation d’un atelier de formation des gestionnaires des mutuelles sur le manuel de gestion de mutuelle et en même temps procéder à la vulgarisation des normes et indicateurs sur le terrain ;

-          la mise en application des indicateurs par l’ensemble des membres du réseau PPSOGUI, à partir de janvier 2017 ;

-          le suivi – évaluation de l’application des indicateurs par les membres du réseau PPSOGUI.

 rapport_hamonisation-indicateurs.pdf

Posted in RESEAU DE LA GUINEE, RESEAU ZONAL | Réagir »

PLACE DES MUTUELLES DE SANTE DANS LA PROTECTION SOCIALE EN GUINEE / LE RESEAU PPSOGUI ET SES MEMBRES S’ORGANISENT

septembre 20th, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

Le réseau des Promoteurs de la protection sociale en Guinée (PPSOGUI) a organisé le 27 août 2016 un atelier de structuration des mutuelles de santé (de la base au sommet suivant la pyramide sanitaire guinée) pour un meilleur positionnement du mouvement mutualiste face à la couverture maladie universelle en République de Guinée. Tenue dans les locaux de l’ONG Fraternité Médicale Guinée (FMG) à Conakry, cette activité entre dans le cadre de réflexion et de renforcement des capacités de ses membres.

L’atelier a regroupé 25 participants (élus mutualistes, syndicalistes, cadres d’appui techniques aux mutuelles, personnel de santé) et avait pour objectif opérationnel le partage sur les modèles de structuration des mutuelles existants et l’élaboration d’un schéma consensuel de structuration et d’extension des mutuelles de santé validé par les membres de PPSOGUI.

14141998_1136138026441836_7134170997683393782_n2.jpg

Par ailleurs, l’atelier a permis d’identifier les réalités actuelles selon chaque opérateur et d’élaborer un schéma de structuration des mutuelles de santé que PPSOGUI devra finaliser et implémenter au profit du mouvement mutualiste en vue de réussir leur prise en compte effective dans la couverture sanitaire universelle.

En effet, dans le cadre de la politique nationale de protection sociale pour tous les guinéens, il est ressenti une volonté de mise en place d’un Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU). Au regard de l’importance de ce démarche vers le RAMU, le réseau PPSOGUI entend accélérer la structuration du mouvement mutualiste de Guinée en mutuelles avec des base fortes, en unions de mutuelles représentatives et en une fédération nationale pour son implication et participation effective dans le RAMU.
rapport_atelier-structuration.pdf

Posted in RESEAU DE LA GUINEE, RESEAU ZONAL | Réagir »

ENTRE DYNAMISME ET SERVITUDE : L’ÉCONOMIE INFORMELLE EN AFRIQUE

août 24th, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

A travers l’Afrique, l’économie informelle définit le paysage urbain. S’il est vrai que l’Asie affiche le plus grand nombre total de travailleurs informels, que les Amériques recèlent les plus grands écarts, que le Moyen Orient et l’Afrique du Nord se trouvent confrontés aux plus grands défis en termes de gouvernance et de sécurité et que l’Europe est en proie à l’expansion de la soi-disant « économie de l’ombre », il suffit de se rendre dans n’importe quelle grande ville d’Afrique subsaharienne – avec leur lot de colporteurs, de petites entreprises familiales, de conducteurs de mototaxis ou boda-boda, de travailleurs domestiques, de marchands forains etc. – pour voir l’économie informelle occuper le devant de la scène.

photo-zem-vf.jpg

D’une manière générale, la notion de travail informel fait référence au travail effectué en dehors du cadre normal des impôts, de la protection sociale et des droits des travailleurs. La proportion de l’emploi informel dans les secteurs non-agricoles est estimée à 65% en Asie, 51% en Amérique latine et 48% en Afrique du Nord. Cependant, en Afrique subsaharienne, ce chiffre s’élève à 72%. Conjugué aux taux les plus élevés d’emploi vulnérable au niveau mondial, il n’est guère difficile de se rendre compte de l’ampleur du problème.

Il est vrai que certains travailleurs informels en Afrique ont un niveau de vie adéquat et que certaines parties de l’économie informelle incluent des petits entrepreneurs dynamiques avec des idées et des réseaux leur permettant de croître. Quoi qu’il en soit, la plupart des travailleurs informels sont pris dans un cercle vicieux de pauvreté et de dur labeur. Ils peinent à accéder au crédit et sont privés d’espaces de travail propres et sécurisés ; ils n’ont pas de sécurité de revenu, ont peu d’opportunités de formation ou d’éducation, font l’objet de harcèlements de la part des autorités et n’ont pas de droits en tant que travailleurs. Et c’est précisément là que réside tout le potentiel de la Recommandation 204 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la formalisation de l’économie informelle ; celle-ci fournit aux gouvernements, groupes régionaux, syndicats, organisations d’employeurs et à la société civile une boîte à outils indispensable pour remédier à toutes ces problématiques, entre autres. (…)

TAMARA GAUSI (extrait du Rapport spécial Économie informelle RECOMMANDATION 204 : ÉRADICATION  DU TRAVAIL INFORMEL)

Posted in RESEAU DE LA GUINEE, RESEAU DU TOGO, RESEAU DU MALI, RESEAU DU BURKINA F., RESEAU DU BENIN, RESEAU DU SENEGAL, RESEAU ZONAL | Réagir »

Protection sociale au Togo: De la nécessité de doter les mutualités d’un cadre juridique

juillet 18th, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

Le Réseau national multi-acteurs de protection sociale du Togo a appelé jeudi 23 juin 2016 à l’adoption d’un cadre juridique pour le fonctionnement et l’appui aux mutualités sociales. C’était au cours d’une conférence de presse tenue à Lomé, laquelle tient lieu du lancement d’une vaste campagne de sensibilisation de l’opinion nationale sur la protection sociale pour tous au Togo.

Au cours de cette rencontre, les douze (12) organisations membres dudit réseau ont jugé nécessaire d’impliquer des mouvements sociaux dans les dossiers de la protection sociale.

A en croire les membres du Réseau, « les mutuelles évoluent dans un vide juridique ».

« Malgré la dérogation accordée aux Etats membres de l’UEMOA pour appliquer le règlement n°7/2009/cm/UEMOA du 26 juin 2009 portant réglementation de la mutualité sociale au sein de l’UEMOA, il n’existe pas jusqu’ici, de cadre juridique approprié pour les mutuelles sociales au Togo. Et ceci, après l’expiration de la date de cette dérogation depuis le 30 septembre 2014 », a souligné SOULIMAN NIWA, point focal du Réseau au Togo.

sadd-mutuelle.jpg

Le Réseau multi-acteurs demande donc au gouvernement d’accélérer le processus de validation et d’adoption des textes juridiques réglementant la création, le fonctionnement et la gestion des prestations des mutuelles sociales conformément aux règles prudentielles de la CIPRES et au règlement n°7/2009/cm/UEMOA du 26 juin 2009.

NIWA soutient que « certains pays de la sous-région comme le Mali, le Burkina Faso et le Sénégal, qui ont la même situation socio-économique que le Togo, se sont appuyés sur les mutuelles de santé pour bâtir leur système de couverture sanitaire universelle ».

Selon les membres du Réseau national multi-acteurs de protection sociale du Togo, « cet acte aura des retombées positives pour l’ensemble des acteurs à savoir les décideurs, les mutuelles et les populations ».

Créer un environnement juridique favorable au développement des mutuelles sociales, revient selon ces derniers, à assurer la sécurité juridique des adhérents aux mutuelles en prévoyant des règles qui encadrent l’activité des organisations qui relèvent de la mutualité sociale.

.Cela devrait également soutenir le développement des mutuelles en soumettant ces organisations à un certain nombre de règles qui devraient permettre le renforcement de leur crédibilité et de leur fiabilité.

Autre objectif majeur est de reconnaître que les mutuelles sociales participent à la mise en œuvre du droit à la santé et du droit à la sécurité sociale, responsabilités qui incombent en premier lieu à l’Etat, et qu’elles doivent pouvoir à ce titre, bénéficier d’un soutien de la part de l’Etat dans le cadre de leurs fonctions.

Il s’agit aussi de définir des règles qui mettent en exergue les spécificités des mutuelles sociales, organisations opérant selon une logique propre, ni publique ni privée.

Par ailleurs, les membres du Réseau plaident pour l’extension de l’assurance maladie au Togo et qui devrait être accélérée surtout pour les acteurs et actrices du secteur informel et agricole qui au nom de la Constitution togolaise, ont aussi droit à une assurance maladie.

« Il faut que les mutuelles de santé puissent être impliquées dans le processus d’extension de l’assurance maladie universelle », a martelé M SOULIMAN NIWA.

Comme dans tout autre pays, la protection sociale au Togo implique la prise en compte d’une série de composantes à savoir: la santé, l’éducation, l’emploi, le logement, l’eau, l’électricité, les infrastructures routières, les ressources financières, etc.

Dans la foulée, les pouvoirs publics sont appelés à consentir des efforts afin de créer des conditions permettant de générer des emplois décents. Ceci permettrait à la population de disposer des ressources suffisantes pour mener une vie digne et responsable.

Dans la foulée, l’on assiste depuis quelques temps à la mise en place des mutuelles de santé par la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel (DOSI), un organe d’Etat. Un fait sur lequel le Réseau Multi-acteurs attire l’attention de l’opinion, dans la mesure où il estime que « les mutualités sociales sont une émanation de la population, en d’autres termes, une initiative communautaire et non étatique »

Posted in RESEAU DU TOGO, RESEAU ZONAL | Réagir »

Réunion ordinaire du Réseau Multi-Acteurs de Protection Sociale du Mali

juin 21st, 2016 by reseauouestafrique-protectionsociale

Le Réseau Multi-Acteurs de Protection Sociale du Mali (Réseau MAPS Mali) s’est réuni ce 16 juin 2016, sur invitation de son Coordinateur national, dans la salle de réunion de l’UTM à Bamako.

A l’ordre du jour, la présentation et la validation du programme 2017-2021 du Réseau ; les comptes rendus des travaux de la Commission de réflexion sur les projets de texte du Réseau et de la participation à un atelier du réseau zonal tenue à Ouagadougou.

L’information sur la mission de suivi-évaluation de WSM Cotonou et les divers ont également fait partie des discussions. Le programme 2017-2021 du Réseau, après la prise en compte des observations, a été présenté de façon détaillée et validé par le Réseau.

reseau-mali.jpg

L’étude du plan d’action en cours pour le compte de l’année 2016 a été l’occasion de préciser les activités restantes à mener.

Certains membres du réseau ont été désignés pour préparer les activités en lien avec le domaine d’intervention de leur organisation. Il s’agit particulièrement des activités portant sur les Conventions et Recommandations de l’OIT.

C’est dans la même dynamique qu’une commission a été constituée pour préparer et  assurer la prise de contact avec les organes dirigeants des organisations membres du Réseau, en vue de faciliter l’adhésion des responsables politiques dans toutes les actions du Réseau.

Concernant les projets de textes devant régir le Réseau, le constat a été fait que la Commission mise en place pour ce travail a effectivement entamé son travail, qui est en cours.

Atelier du Réseau Zonal de Protection Sociale

Un compte rendu de cet atelier a été fait sur la participation du Réseau national du Mali  avec les autres Réseau Multi-Acteurs Ouest Africain de Protection Sociale à un atelier sous régional  tenu les 19 et 20 mai 2016 à Ouagadougou au Burkina Faso. L’objet de cet atelier a été l’élaboration du programme 2017-2021 du Réseau.

Mission de suivi-évaluation de WSM

Les participants à la réunion ont été informés de l’arrivée prochaine d’une mission de suivi évaluation de  WSM. En plus du réseau, les organisations partenaires de WSM sont concernées par cette mission qui est prévue du 20 juin au 08 juillet. Les dispositions sont prises dans le programme pour le respect des horaires, en tenant compte de la période du Ramadan.

Sur les 15 organisations membres du Réseau, 11 ont participé à la réunion.

 

                               Valère K. PIHOUN-KOFFI

Posted in RESEAU DU MALI, RESEAU ZONAL | Réagir »

« Posts précédents



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 29 articles | blog Gratuit | Abus?